Amadou Oury Lémy Diallo, Hadia Diop et Mohamed Seck se souviennent de Siradiou Diallo

Le gouverneur de la région administrative de Mamou et jeune frère du défunt Siradiou Diallo revient surla commémoration de cette date du 14 mars 2014, 10 ans après la disparition de l’ancien journaliste de J.A et Président fondateur de l’Upr: « C’est toujours une grande perte, c’est toujours un grand souvenir. J’ai vécu avec mon frère pendant plus de 30 ans à l’étranger avant de nous retrouver à l’intérieur du pays. Et Dieu a fait qu’il soit devant nous. Donc, c’est pour moi une très grande chance que tout le pays et surtout la région naturelle du Fouta, et singulièrement Labé qui se retrouve pour célébrer ce 10ème anniversaire. C’est un honneur et aussi un sentiment de fierté mais aussi de compassion ». Elhadj Amadou Oury Baldé, membre fondateur de PRP, de l’UNR et de l’UPR, conseiller électoral à la CENI, se rappelle de Siradiou: « J’ai eu l’avantage de connaitre personnellement Monsieur Siradiou Diallo qui était un politicien hors-pair. C’était une personnalité qui avait de la vision, et qui avait de l’ambition pour notre pays. Il a laissé un héritage de courage, de fidélité, d’amour et de solidarité pour ce pays. Et ses compagnons s’en souviennent très vivement. C’est la raison qui fait que chaque année, tous, nous nous retrouvons ici, émus, souvent les larmes dans les yeux pour évoquer son souvenir, pour bénir afin que Dieu le Tout-Miséricordieux et le Très Très-Miséricordieux lui accorde le Paradis et que nous qui sommes encore là, continuions à célébrer ses idées et à essayer de l’imiter dans tout ce qu’il faisait de bien. Et généralement, il n’a fait que du bien, et il ne nous a laissés que de souvenirs impérissables ». Thierno Hadia Diop, un des amis d’enfance les plus proches de Siradiou Diallo se souvient: « On a fait l’Ecole normale en 1955, le lycée, nous avons passé le baccalauréat ensemble en juin 1958 et nous sommes rentrés ensemble en Guinée où nous avons participé à la campagne du référendum pour le NON en 1958. Et au du scrutin, j’étais secrétaire de vote à Dinguiraye et Siradiou était secrétaire de vote à Labé. Et juste après l’indépendance, nous avons enseigné. Moi, j’ai enseigné au cours normal de Macenta, et j’avais des élèves qui sont aujourd’hui célèbres, puisque M’Bemba Bangoura qui a été gouverneur de Conakry était mon élève, et Charles Pascal Tolno, c’était mon élève, Sékou Décazi Camara qui a été ministre étaient également mes élèves. Siradiou Diallo était un homme extraordinaire. D’abord, c’était un ami sincère,  un ami fidèle. Je retiens de lui, un combattant courageux qui défendait la vérité et qui se battait pour son triomphe ainsi que pour le progrès de la Guinée ».   De l’héritage que vous a laissé l’honorable Siradiou Diallo, Mohamed Seck, secrétaire général du Bureau  de l’UPR parle:

La tombe de Siradiou Diallo, né en 1936 à Labé, et décédé à Paris le 14 mars 2004.

« Depuis la disparition de M. Siradiou Diallo, l’UPR a traversé des moments de calvaire, il faut le reconnaitre, parce que la relève n’a pas été facile. Le parti a connu une grande perturbation suite au départ de plusieurs de ses cadres qui ont quitté le parti pour rejoindre Cellou Dalein Diallo à l’UFDG, celui qu’ils combattaient hier dans le PUP. Et cela, avec pas mal de conspiration contre l’UPR, et pas mal de mauvaises intentions contre l’UPR, avec pour objectif, de faire disparaitre notre formation politique, et sous prétexte que celle-ci a voulu que l’héritage de M. Siradiou Diallo soit pérennisé dans le rythme qu’il a laissé. Malheureusement, les uns et les autres n’ont pas compris. Car, Siradiou, en quittant, nous avait  dit ceci : ‘‘Je vous confie Elhadj Bah Ousmane, et à Elhadj Bah Ousmane, je confie le parti’’. Par ces mots, il voulait tout simplement nous dire de nous battre à l’intérieur du parti, d’encadrer celui qu’il nous a confiés comme il n’y a pas d’homme parfait, et lui aussi à son tour, en tant que leader de très grandes potentialités et d’atouts, de mettre les militants de l’UPR en marche pour pérenniser les acquis du parti. Donc, nous avons connu énormément de péripéties qu’on ne peut pas tout expliquer ici. Mais, je vous avoue qu’au jour d’aujourd’hui, l’héritage est très lourd et les fédérations sont présentes dans toutes les préfectures de la Guinée ainsi qu’à Conakry. Il y a un Bureau exécutif au grand complet, le Comité national des jeunes et celui des femmes également au complet. En dépit de cette érosion, nous avons soutenu le parti, et nous restons toujours derrière le président du parti que nous soutenons afin que la mission que feu Siradiou nous a léguée soit atteinte. » B.Abdallah de retour de Labé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here