Alpha Condé: «pourquoi j’ai dit aux pays francophones de couper le cordon ombilical avec la France?»

A l’occasion du lancement de la feuille de route du dividende démographique samedi 08 avril, le président Guinéen s’est étalé sur la problématique du développement en Afrique. Alpha Condé  prévient que la jeunesse qui représente 70% de la population du continent, peut être une chance pour l’Afrique, tout comme elle peut aussi être ‘‘une bombe capable de faire sauter’’ les chefs d’Etats. C’est pourquoi, le chef de l’Etat interpelle ses pairs à investir essentiellement dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’énergie. Il est également revenu brièvement sur ses propos qu’il a tenus à Abidjan  demandant de ‘‘couper le cordon ombilical avec la France’’. Nous vous livrons in extenso l’essentiel de son discours.

La maitrise des Nouvelles technologies

«L’Afrique a les principales matières premières que ça soit agricole, minière ou hydrocarbure.  Donc, rien ne peut justifier que nous ne devenons pas l’avenir du monde. Mais, cela suppose la maitrise d’un certain nombre des choses.    J’ai l’habitude de dire en nous comparant à la Chine et à l’Asie du Sud-est que nous avons un même avantage lié au fait que notre main d’œuvres n’est pas chère. Mais que nous avions un grand désavantage par rapport à eux à cause de la non-qualification des ressources humaines et de la non-maitrise des nouvelles technologiques… Avant pour téléphoner, il fallait un grand câble. Maintenant, avec un simple portable on peut téléphoner partout dans le monde. Autrefois, il fallait avoir un ordinateur aussi grand qu’une chambre, mais aujourd’hui, ce sont des petits ordinateurs qui ont autant de capacité. Les nouvelles technologies nous font profiter de l’accélération de l’histoire, mais à condition d’investir dans la jeunesse en la permettant de maitriser les nouvelles technologies.

La nécessité d’avoir des universités performantes

Nous avons mis en tête d’abord l’éducation, la nécessité pour nous d’avoir des universités performantes afin que notre jeunesse maitrise parfaitement les nouvelles technologies. Ensuite, c’est la santé.  L’Afrique est victime souvent d’épidémies et des maladies de toute sorte. S’il n’y a pas la santé, on ne peut pas se développer. Nous sommes victimes parce que nous ne fabriquons pas les médicaments et nous sommes envahis par des faux médicaments. C’est pourquoi, nous avons décidé que l’Afrique puisse fabriquer des médicaments, mais cela demande une coopération parce que cela suppose un marché élargi. La Guinée, la Sierra Léone, le Libéria ont souffert d’Ebola et nous en savons les conséquences de cette maladie. Nous avons dit aux organismes sanitaires internationaux qui sont venus nous accompagner qu’il est nécessaire que l’Afrique non seulement puisse faire des médicaments, mais aussi des vaccins.   Ils nous ont dit qu’on ne peut pas faire des vaccins. Mais, pourquoi nous ne pouvons pas faire des vaccins? La raison  véritable, ce n’est pas que nous ne sommes pas capables, mais cela mettra en cause les intérêts des grands laboratoires qui, pour le moment, font les vaccins.

Sans énergie, pas de développement

S’il n’ya pas de courant, pas de développement. C’est pourquoi, nous avons fait de l’énergie le 3e secteur prioritaire. S’il n’y a pas d’énergie, on ne peut étudier, l’artisan ne peut travailler, on ne peut pas faire l’irrigation, on ne peut pas avoir des industries. C’est pourquoi, à la COP21 nous avons exigé de nos partenaires d’accompagner l’Afrique afin qu’on sorte de l’obscurité. 7 africains sur 10 n’ont pas accès à l’électricité. C’est grave. Nous avons donc obtenu de 2016 à 2020 un accompagnement de 10 gigawatts. Nous espérons que progressivement nous allons donner de la lumière à l’Afrique et permettre de développer des industries.

A LIRE =>  Affaire K-Energie: Ibrahima Kassus Dioubaté trahi par un Tunisien avec la complicité de certains Guinéens

Demain, le riz sera plus important que le pétrole

La majorité des populations africaines sont dans l’agriculture. Nous avons des terres riches, de l’eau et rien ne nous empêche d’avoir une agriculture performante. Aujourd’hui, on pense que le pétrole  est plus important pour le développement d’un pays. Mais, demain le riz, le blé seront plus important que le pétrole. Pourquoi ? La population du monde augmente, mais la nourriture ne suit pas. Donc cela veut dire que l’Afrique a la chance à l’avenir d’être le grenier du monde. Cela nous permettra de nous développer sérieusement et mettre fin à l’exode rural… il ne faudrait pas que la jeunesse dise seulement investissez en nous. Elle doit aussi prendre ses responsabilités. D’abord, en refusant de se laisser manipuler par la religion et par la politique.

Le manque d’industrie

L’Afrique regorge des matières premières, mais nous sommes un déversoir des produits finis. Pourquoi ne pas transformer ces matières premières chez nous ? Cela suppose une meilleure intégration économique parce que nos pays, à part le Nigéria, n’ont pas un marché élargi qui nous permet d’avoir des usines d’aciérie ou d’aluminium. Tout le monde pense que c’est la Chine le plus grand marché d’aluminium. Mais non, si vous regardez les maisons en Afrique de plus en plus les portes et les fenêtres sont en aluminium.  Cela veut dire que l’Afrique sera un très grand marché d’aluminium. Donc, si nous transformons la bauxite de Guinée en alumine et aluminium, nous n’aurons plus besoin d’exporter une grande quantité en Asie, mais nous le consommerons en Afrique.

Combattre la pauvreté pour vaincre le terrorisme

La majorité des populations africaines vivent dans les campagnes, mais nous constatons l’exode rural particulièrement au niveau des jeunes. Ils viennent s’entacher au niveau de villes et bidonvilles. Non seulement, ils sont victimes de chômage, mais ils sont aussi l’objet de toutes les tentations.  Je m’adresse aux jeunes du Burkina, du Mali et du Niger. Car, les gouvernements de ces pays sont obligés de soustraire une partie du budget pour faire face au terrorisme. Au lieu que le budget soit consacré au développement du pays, ils sont obligés d’acheter des armes pour faire face au terrorisme. Cela affaiblit leur capacité d’investissement. Comme j’ai dit à Abidjan, nous ne pouvons pas vaincre le terrorisme par les armes parce que le terrorisme fleurit sur la pauvreté et l’injustice.  Donc, la première nécessité pour vaincre le terrorisme c’est de lutter contre la pauvreté, mais aussi contre l’injustice. Cela veut dire que les ressources du pays doivent être équitablement réparties particulièrement au niveau des couches les plus vulnérables. C’est ce qui peut couper les racines du terrorisme et en ce moment on pourra le vaincre.

A LIRE =>  VIDÉO/Guinée: deux jeunes conçoivent un avion qui peut décoller

‘‘Tirer profit du dividende démographique’’

Pourquoi nous disons ‘‘tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse’’ ? c’est que contrairement à certaines théories, en Afrique, l’augmentation de la population n’est pas un handicap. Etant donné que notre développement est en retard et que nous avons un grand avenir de développement, cette jeunesse est la même d’œuvre dont nous avons besoin. Surtout que la jeunesse africaine d’aujourd’hui n’est pas comme celle d’hier. De nos jours, nous avons un monde unifié. Donc, il est de notre devoir que l’Afrique se prenne en main. Très souvent, nous sommes victimes des ingérences et nous ne sommes pas maitres de notre destin. Cela suppose que nous ayons le courage de prendre nos responsabilités. Donc, nous avons un seul mot d’ordre ‘‘tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse’’. nous allons faire en sorte que cela ne soit pas un mot d’ordre vide en obligeant chaque pays à faire un point sur l’évolution de la situation.

L’indépendance de l’Union africaine

Avant, l’essentiel de l’Union africaine (UA) était financé par l’Union européenne. Comment voulez vous dire que vous êtes indépendants si c’est l’extérieur qui vous finance? La main qui donne est au dessus de celle qui reçoit. Nous avons pris conscience de cela aussi.   Nous avons décidé que chaque pays consacre 0,2% au financement de l’UA. Si nous respectons cela, à partir de l’année prochaine, l’UA n’aura besoin d’aucune aide extérieur pour son fonctionnement. L’indépendance politique commence d’abord par l’indépendance financière… . Nous avons demandé aux chefs d’Etat d’être plus conséquents parce que si nous-mêmes ne respectons l’UA comment voulez vous que quelqu’un de l’extérieur la respecte?

L’immigration clandestine

L’immigration devient un fléau non seulement pour les pays développés, mais aussi pour nous. Vous voyez avec l’immigration, le populisme se développe en Hollande, en Pologne, même en France etc., Donc, il est nécessaire que nous les aidions aussi pour atténuer le phénomène. Mais s’il y a d’immigrés c’est parce que l’Afrique n’a pas été développée. C’est pourquoi pour freiner l’immigration, il faut qu’on tienne compte de nos intérêts réciproques afin que le retour des immigrés soit un facteur de développement et non pas un facteur d’aggravation de la situation sociale des populations. Pour cela, il faut que nous traitions d’égal à égal.

‘‘Couper le cordon avec la France’’  

Parfois les gens ne comprennent pas et ils déforment ce qu’on dit. Quand j’ai dit aux pays francophones de couper le cordon ombilical avec la France ça veut dire quoi?     Lorsque vous avez un cordon ombilical vous êtes encore un bébé c’est quand on le coupe vous devenez majeur. Ça veut dire qu’on doit agir en tant que pays souverains face à nos amis sur une base réciproque. Donc, ce n’est ni un refus, mais il faut que défendions nos intérêts pour développer nos pays».

Abdoul Malick Diallo

+224 655 62 00 85    

dialloabdoul110@gmail.com

 

 

About the author

Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook