Affaire Oustaz Taïbou: “si c’est le droit qui sera dit, nous avons de l’espoir”, estime un avocat de la défense

La troisième journée du procès dans l’affaire des 8 milliards de francs guinéens opposant le célèbre prédicateur islamique Mamadou Taïbou Bah(Oustaze Taïbou), son épouse Hafsatou Baldé et le cambiste Thierno Nouhou Diallo s’est poursuivi ce lundi 27 mars 2017 au Tribunal de 1ère instance de Mafanco par les témoignages de sept personnes dont le président des cambistes de Guinée.

Interrogé par notre reporter à sa sortie de la salle d’audience Maître Thierno Ibrahima Barry avocat de la défense parle d’un faux dossier et garde de l’espoir pour la suite.

“Si c’est le droit qui sera dit, nous avons de l’espoir. La partie civile a reconnu devant tout monde que c’est une transaction commerciale qui s’est passée entre eux. Le plaignant dit que c’est du crédit qu’il accordait à la dame. Il a dit la même chose devant le magistrat instructeur. Pour moi ce dossier n’a pas sa raison d’être dans un tribunal correctionnel”, indique l’avocat du couple Bah.

Poursuivant, il a dit que tous les témoins sont venus parler de la situation quand le problème s’est posé. “Personne ne pouvait parler des faits articulés par la partie civile. Personne n’est témoin de leurs transactions. Tous ceux qui ont témoigné, ce sont des gens qui ont tenter de faire une médiation”, a-t-il précisé.

Le parquet promet de faire écouter des enregistrements sonores d’échanges téléphoniques entre le plaignant et les accusés à la prochaine audience. Cet avocat de la défense ne s’oppose pas. Pour lui, l’essentiel c’est ce qui sera dit au cours de l’audience et les preuves qui seront apportées.

“Les gens ont enregistré des conversations téléphoniques avant qu’il n’ y ait plainte. C’est histoire de vous dire que la partie civile a enregistré cela parce qu’elle était déjà préparée à un procès. Je ne peux pas comprendre que tu enregistre quelqu’un pendant que vous parliez sans qu’il ne le sache qu’il est enregistré. C’est extrêmement grave ça. Si vous voyez l’acte par lequel la partie civile est arrivée à ces 8 milliards, vous allez comprendre que c’est du faux. Le problème c’est quoi? Ce Monsieur a ramassé des sous à Madina et je ne sais pas qu’est-ce qu’il a fait de l’argent. Maintenant, il vient porter plainte pour dire aux gens venez voir, c’est eux qui ont pris l’argent. Cela ne marchera pas. Lui, il passera ici, je suis sûr. Si c’est le droit qui sera dit, mes clients sortiront indemnes dans ce procès”, insiste Me Barry.

Et Maître Thierno Ibrahima Barry d’ajouter: “Dans ce procès, les gens étaient poursuivis pour deux infractions: abus de confiance et d’escroquerie. Le juge d’instruction dit qu’il n’y a pas eu abus de confiance parce que les gens n’ont pas détournés de l’argent. Je ne vois pas pourquoi l’escroquerie pourrait tenir. Le parquet est allé dans le même sens. Je pense qu’on a envoyé ce dossier à l’audience parce que l’affaire a connu beaucoup de commentaire des médias”. La prochaine audience est prévue le jeudi 30 mars 2017.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com
(+224) 622 304 942
aliousarayabhe@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here