Alpha Condé : « nous allons regretter François Hollande »

0

Le président guinéen est en visite officielle à Paris jusqu’à jeudi. Entre un entretien avec Jean-Yves Le Drian et un dîner à l’Elysée, il a accordé quelques interviews.

  • Alpha Condé : «Nous ne voulons plus que l’Occident nous dicte ce que nous devons faire»

Il glisse avec un sourire que le Libération qu’il a connu dans sa jeunesse parisienne, et auquel il dit avoir contribué, «a bien changé» : «On faisait des articles en commun, entre gauchistes : maoïstes, trotskistes, le débat était très libre.» Alpha Condé, 79 ans, a aussi changé. L’ancien opposant, président de la Guinée depuis 2010, a reçu des journalistes, mardi, dans un hôtel de luxe de la capitale française. Avant d’écourter l’entretien pour filer dîner à l’Elysée.

Quel regard portez-vous sur la politique africaine de François Hollande ?

Il a permis qu’on tourne une page dans l’histoire des rapports franco-guinéens. Le symbole de ce changement, c’est le drapeau guinéen qui flotte aujourd’hui [pendant la visite d’Etat, ndlr] sur les Champs-Elysées, ou sur les bâtiments officiels français. Quand on connaît les péripéties de cette histoire depuis 1958, c’est pour moi tout un symbole. Nous allons regretter François Hollande. Je pense particulièrement à la crise que la Guinée a traversée avec l’épidémie Ebola. Le président français est venu lui-même dans un hôpital où étaient soignés les malades. Ce fut un signal fort.

Quelles traces a laissées Ebola en Guinée ?

Ebola nous a traumatisés. Non seulement l’épidémie a mis à terre tous nos efforts économiques, mais elle a aussi atteint notre culture. Nous sommes habitués à laver les morts, parfois à les embrasser. Des pratiques qui facilitent la transmission. Il a fallu lutter contre nos propres traditions, et ceci aussi est traumatisant. Mais Ebola nous a amenés à prendre conscience de l’état de notre système de santé, qui n’était pas performant. Nous devons développer nos propres laboratoires, produire en Afrique nos propres vaccins, pour ne plus dépendre des laboratoires. L’Institut Pasteur de Conakry, actuellement en construction grâce à la coopération avec la France, est un premier pas dans ce sens.

En février, des lycéens ont été tués au cours de manifestations à Conakry. L’ONU et des ONG ont déploré la persistance des violences politiques en Guinée. Qui en porte la responsabilité ? Les forces de l’ordre ? Votre gouvernement ?

Je ne suis pas soumis au jugement des ONG occidentales. Je suis élu par le peuple de Guinée et jugé par lui. Les ONG peuvent faire les rapports qu’elles veulent, ce n’est pas cela qui me fait avancer. Nous en avons assez des donneurs de leçon. Quand la police tue dix personnes au Texas, tout est normal ; quand c’est en Guinée, c’est un scandale ! Est-ce que les ONG dénoncent un Etat antidémocratique aux Etats-Unis ?

Le procès du massacre du 28 septembre 2009 [au stade de Conakry, où 150 opposants ont été tués et 110 femmes violées] se tiendra-t-il en 2017 ?

La justice en Guinée est indépendante. Mon rôle est de lui donner les moyens matériels de pouvoir faire son travail.

Mais certaines des personnes inculpées sont toujours libres, et toujours en poste…

Inculpé ne veut pas dire coupable. En droit, la liberté est le principe, la prison l’exception. Quand il y a un danger de fuite ou un risque pour la population, on emprisonne, sinon, on

Lisez l’intégralité de l’interview en cliquant sur ce lien :  http://www.liberation.fr/planete/2017/04/12/alpha-conde-nous-ne-voulons-plus-que-l-occident-nous-dicte-ce-que-nous-devons-faire_1562192

Commentaires

commentaire



PARTAGER
Article précédentUn commerçant enlevé à Conakry
Article suivantViolences policières: aucun signe de vie d'un militant de l'opposition
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE